85e congrès de l’ACFAS: L'AELIÉS fait ressortir pour vous les faits saillants

26 mai 2017
85e congrès de l’ACFAS: L'AELIÉS fait ressortir pour vous les faits saillants

Le congrès annuel de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) a eu lieu du 8 au 12 mai 2017 à l'Université McGill à Montréal. Il a été une occasion d'assister à des conférences portant sur des enjeux actuels en éducation tels que la formation à distance, les transformations actuelles des universités et l'employabilité des doctorant.e.s et de discuter avec les panélistes. Ces enjeux sont des préoccupations sur lesquelles l'AELIÉS travaille et sont largement discutés dans les diverses instances à l'Université Laval. Le fait d'aller à l'ACFAS a permis d'en avoir une meilleure compréhension, ce qui permettra de mieux défendre nos positions.

Qualité de la formation

Les offres de formations à distance augmentent de plus en plus dans les milieux universitaires. La qualité de la formation doit toutefois être assurée par divers moyens. Des chercheuses et chercheurs ont profité de l'occasion de l'ACFAS pour traiter de sujets tels que la division du travail éducatif et le développement des compétences des enseignants en contexte numérique, la cybersécurité, le développement d'un travail sur la qualité et la satisfaction dans les MOOC ainsi que le robot de téléprésence mobile.

Financement des universités

Pour ce qui est des transformations actuelles des universités, plusieurs chercheurs ont fait l'état de la situation concernant le financement des études postsecondaires. À cet égard, un professeur de l'Université du Québec à Rimouski, campus de Lévis, a expliqué les règles de financement des universités. Durant sa présentation, il a été possible de constater que les codes CLARDER, qui regroupent les disciplines en 23 familles et qui servent de base de calcul pour déterminer le coût moyen d'un étudiant en fonction de son domaine d'études, défavorisent certaines disciplines ainsi que certaines universités par rapport à d'autres.

Employabilité des doctorant.e.s

En ce qui concerne l’employabilité des doctorants, un état de la situation a été effectué durant l’avant-midi et des pistes de solutions ont été présentées pendant l’après-midi par des chercheurs de différentes universités et de différents pays. Le fait saillant est qu’une représentante de la Polytechnique Montréal a présenté le programme qu’ils ont développé dans l’objectif de développer les compétences transversales des étudiants. La Faculté des études supérieures et postdoctorales s’est basée sur ce dernier pour développer un microprogramme visant à favoriser l’employabilité des étudiants. À ce sujet, le Conseil d’administration de l’AELIÉS a adopté la résolution postulant que 1) le projet pilote du microprogramme de la FESP soit plus long, 2) que l’AELIÉS puisse être impliquée de près dans le processus et qu’elle puisse faire un suivi, dans le cas où le projet est concluant, 4) que le microprogramme soit imposé à la session d’hiver 2018 et 5) qu’il n’y ait pas de crédits obligatoires dans le microprogramme.