Que retenir des États généraux sur l’enseignement supérieur?

29 mai 2017
Que retenir des États généraux sur l’enseignement supérieur? Les 18, 19 et 20 mai dernier avaient lieu les États généraux sur l’enseignement supérieur 2017 (EGES 2017). Cet événement regroupait un large éventail d’acteurs concernés par l’éducation et par l’enseignement supérieur, notamment des représentants des collèges et des universités. Ainsi, plusieurs groupes d’intérêts, syndicats et associations étudiantes se sont réunis afin de réfléchir sur l’état des lieux de l’enseignement supérieur au Québec et des orientations à prendre pour remplir la mission fondamentale de l’enseignement supérieur, soit le partage et le développement du savoir et des connaissances. L’événement étant issu d’une initiative de la société civile et, c’est donc dire qu’il n’y avait pas de cadre politique ou de restrictions partisanes pendant ce rassemblement.

Au lendemain de cet événement, nous en sommes donc à l’heure des bilans. Quelles leçons retirent l’AELIÉS des EGES 2017 et surtout en quoi cet événement fut bénéfique pour nos membres?

Riche au plan des apprentissages, les États généraux proposaient 20 ateliers thématiques, dont deux plénières, où de multiples experts ont abordé des enjeux diversifiés tels que l’accessibilité financière aux études, la condition de la recherche, l’éducation populaire, la formation à distance, la perspective féministe en éducation, et bien d’autres. Les participants ont également pu être confrontés à différentes chapelles de pensée et assister à la confrontation d’idées contradictoires, en ce sens que des plaidoyers un peu plus idéologiques ont été défendus. D’autres ont proposé des réformes plus spécifiques ou du moins plus faciles à mettre en place à court terme. Dans tous les cas, l’assistance aura profité d’un généreux foisonnement d’idées, ce qui bien entendu, aura profité à tous et à toutes.

Les deux plénières présentées en clôture de l’événement avaient pour but de développer un cahier synthèse des enjeux hautement prioritaires soulevés pendant les États généraux. Ce cahier synthèse servira ensuite d’agenda en vue des élections 2018 et servira de guide de revendications à l’égard des différents partis politiques.

L’AELIÉS fut l’une des premières associations à participer à la mise sur pied des EGES 2017 et demeure un membre très actif du collectif des EGES. L’AELIÉS s’est assurée que les préoccupations de ses membres soient au cœur des sujets traités pendant la tenue de l’activité et entend bien se servir des extrants, notamment des résolutions adoptées lors des plénières pour inspirer ses actions et ses demandes à l’égard des gouvernements et autres acteurs influents du milieu de l’éducation. Conséquemment, nous croyons que cet événement fut bénéfique à toutes ses parties prenantes et nous avons l’intime conviction que les réflexions générées pendant les EGES 2017 influenceront favorablement les décisions futures en matière d’éducation supérieure.