Santé mentale des étudiants de l'Université Laval: un constat préoccupant

5 octobre 2017
Santé mentale des étudiants de l'Université Laval: un constat préoccupant

Dans le cadre de la Journée mondiale de la santé mentale, plusieurs membres de la communauté universitaire se sont mobilisés afin d’offrir aux étudiant.e.s de l’Université Laval un éventail d’activités et d’ateliers ayant pour objectif de promouvoir le bien-être et la santé mentale. En effet, la Semaine du mieux-être se déroulera du 10 au 13 octobre, sous le thème « Être humain avant tout ».

Maladies mentales et stigmatisation

D’une part, il est important d’en parler ne serait-ce que pour dissiper les mythes et les préjugés à l’égard de la santé mentale. On ne le répétera jamais assez, les maladies mentales sont une réalité dont personne n’est à l’abri, et dont les étudiantes et les étudiants sont à risque. L’ignorance se cache souvent derrière certaines croyances populaires stipulant que les maladies mentales sont attribuables à la personnalité de la personne, au fait qu’elle soit peu résistante, qu’elle soit lâche ou incompétente, etc. Cette stigmatisation, menant souvent à la discrimination et à l’autostigmatisation, peut avoir des conséquences significatives et néfastes sur les personnes qui en souffrent. Les sentiments de honte, de culpabilité et d’isolement qui accompagnent ces préjugés injustes et blessants empêchent ou découragent les gens de demander l’aide dont ils ont besoin pour mener une vie saine.

Afin de combattre les stigmatisations entourant les maladies mentales et aider le mieux possible les personnes qui en souffrent, il faut travailler en amont, c’est-à-dire en faisant de la sensibilisation, mais également en aval, soit en s’assurant que des mesures concrètes soient engagées afin d’assurer le bien-être psychologique des étudiant.e.s. Or, est-ce que suffisamment de mesures ont été mises en place à l’Université Laval ? Certes, plusieurs actions concrètes ont été adoptées. Parmi elles, on compte notamment le Réseau de sentinelles, le Centre d’aide aux étudiants, Service de consultation de l’École de psychologie, la clinique médicale de l’Université Laval et Mon équilibre UL , lesquelles offrent de précieux services à toute la communauté universitaire. Des réseaux d’aide dans certaines facultés ont également été mis en place. Cependant, nous estimons qu’il en reste encore fort à faire.

Une enquête sur la santé mentale des étudiant.e.s à l’Université Laval

À la suite d’une enquête portant sur la santé mentale des étudiant.e.s et effectuée par le Vice-rectorat aux études et aux activités internationales en 2015, un Comité institutionnel consultatif sur le bien-être psychologique et la santé mentale des étudiantes et des étudiants (CISAM) a été mis en place avec l’objectif de promouvoir de saines habitudes de vie. Dernièrement, l’Université Laval a décidé de mener une enquête sur l’état de la santé mentale des étudiant.e.s sur son campus. Complété en octobre 2015 et rédigé par le CISAM, le rapport final de cette enquête dresse un portrait préoccupant et alarmant à l’égard de la santé mentale des étudiant.e.s. Ce rapport demeure encore aujourd’hui confidentiel.

Des ressources insuffisantes

En parallèle à cette étude, l’AELIÉS a pris l’initiative en 2016 de mener une recherche sur les ressources en santé mentale offertes sur le campus afin de compléter un portrait plus exhaustif de la situation. L’objectif principal était de déterminer si les étudiant.e.s connaissaient les ressources en santé mentale disponibles sur le campus de l’Université Laval et s’ils les utilisaient. Les résultats ont servi à émettre des recommandations à l’intention de l’administration universitaire et des acteurs concernés. Adopté tout récemment, le mémoire témoigne de plusieurs conclusions dont nous ne pouvons passer sous silence. Le constat le plus frappant est que les ressources offertes sur le campus sont saturées et ne répondent pas suffisamment aux besoins des étudiant.e.s. Plus précisément, le délai d’attente et le nombre limité de professionnels sont les deux problématiques qui ressortent le plus fréquemment, lesquelles constituent un frein à l’utilisation des ressources. Afin de mieux répondre aux besoins de la communauté universitaire, il est impératif d'augmenter le nombre de professionnels dans les différentes ressources existantes et développer de nouvelles ressources.

Chaque fois qu’il nous est possible d’aborder la question, que ce soit à l’égard de l’administration de l'Université Laval ou des ministères concernés, nous prenons bien soin de rappeler que cet enjeu doit non seulement demeurer prioritaire, mais que plus d’efforts doivent être investis.

Le Comité exécutif

Si vous êtes en situation de détresse psychologique ou que vous souffrez psychologiquement, n'hésitez pas à demander de l'aide en utilisant les ressources mises à votre disposition sur le campus, notamment le Centre d’aide aux étudiants, le réseau des Sentinelles, Mon équilibre UL. Si vous souhaitez demander de l’aide plus spécifiquement pour une détresse psychologique en lien avec votre cheminement académique, vous pouvez contacter notre vice-présidence aux droits étudiants en premier lieu, et l’Ombudsman de l’Université Laval en second lieu.


Si vous êtes en situation de détresse psychologique ou que vous souffrez psychologiquement, n'hésitez pas à demander de l'aide en utilisant les ressources mises à votre disposition sur le campus, notamment le Centre d’aide aux étudiants, le Réseau des sentinelles, la clinique médicale de l'Université Laval, le service de consultation de l'École de psychologie et Mon équilibre UL. Si vous souhaitez demander de l’aide plus spécifiquement pour une détresse psychologique en lien avec votre cheminement académique, vous pouvez contacter notre vice-présidence aux droits étudiants en premier lieu, et l’Ombudsman de l’Université Laval en second lieu.

Ressources sur le campus: