Publié le 16 octobre 2018

Violences à caractère sexuel: Une politique qui défend les intérêts des étudiant-e-s de 2e et 3e cycle

Vendredi dernier, l’Université Laval a présenté à toute la communauté universitaire sa Politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel (VAC). Le document répond à la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019 et qui devra être mise en oeuvre au plus tard le 1er septembre 2019.

En plus du personnel, du corps professoral, de la direction de l’université et de la CADEUL, l’AELIÉS a fait partie du processus dès le départ. Notre vice-président aux affaires externes, Guillaume Plante, a siégé sur l’ensemble des comités et sous-comités, où notre rétroaction était systématiquement prise en compte. Nous avons senti que les parties prenantes sur les comités de rédactions de la politique prenaient toutes au sérieux l’enjeu, la démarche et nos recommandations. Ainsi, l’AELIÉS a pu défendre correctement les droits des étudiant-e-s de 2e et 3e cycles pour l’inclusion de points qui sont plus près de leur réalité.

Par exemple, nous sommes rassurés de voir que le personnel n’ayant pas de lien d’emploi avec l’université en assume tout de même les responsabilités et doit en honorer les devoirs énoncés en article 6.2 de la politique. Cela nous assure notamment que les étudiant-e-s dans les centres et laboratoires de recherche, dans les lieux de stage, en échanges étudiants et en études de terrain à l’international, soient eux aussi liés à cette politique. Ces situations précises touchent une grande partie de nos membres.

Nous sommes particulièrement fiers que cette politique évacue la limite de temps, auparavant d’un maximum de deux ans, en ce qui a trait au délai de dépôt d’une plainte ou d’un signalement. En effet, du moment qu’une personne mise en cause est toujours sous la responsabilité de l’Université Laval, la plainte reste recevable en tout temps, ce qui représente pour nous une amélioration considérable de la politique.

En terminant, le projet de Centre d’intervention et de prévention des violences à caractère sexuel (CIPVACS) nous semble bien conçu. Nous espérons qu’il représentera un point de chute efficace pour l’ensemble de la communauté universitaire. De plus, afin d’aider tous-tes les acteur-rice-s du campus à rediriger les signalements et plaintes auxquelles il-elle-s auront à faire face, une trousse d’information sera créée, assurant ainsi une redirection adéquate des personnes touchées vers les personnes qualifiées du CIPVACS. Cet outil permettra une certaine uniformisation des interventions de première ligne, assurant un milieu sain pour les étudiant-e-s.

Il est maintenant temps de promouvoir la politique et d’en assurer une veille assidue. Nous invitons d’ailleurs nos membres à participer au processus de consultation qui prendra fin le 26 octobre prochain. Enfin, nous espérons que cette politique aura un impact concret et durable pour prévenir et contrer les violences à caractère sexuel à l’Université Laval, pour que tous et toutes puissent vivre leur parcours scolaire dans un environnement sain et sécuritaire.

-Le comité exécutif

Participez à la consultation sur la politique

Articles suggérés

Offre d'emploi : Chargé-e d’étude pour le mémoire sur la situation des LGBTQ+
Emplois
Publié le 16 novembre 2018

Offre d'emploi : Chargé-e d’étude pour le mémoire sur la situation des LGBTQ+

Avis aux membres sur la tenue d’un référendum (LPU)
Institutionnel
Publié le 29 octobre 2018

Avis aux membres sur la tenue d’un référendum (LPU)

Bravo aux fondateur-trice-s d'Accès Psy
Membre à l'honneur
Publié le 26 octobre 2018

Bravo aux fondateur-trice-s d'Accès Psy