Publié le 5 octobre 2020

Un bien-être à géométrie variable

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit le bien-être comme un « état dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté » (OMS 2018). Force est de constater qu’en ce début de session universitaire à distance, il existe plusieurs contradictions que nous souhaitons soulever. En effet, les étudiant.e.s de tous les cycles confondus doivent maintenant composer avec cette nouvelle réalité. Tout cela a un impact sur leur bien-être psychologique.

L’enquête «Sous ta façade» de l’Union étudiante du Québec (UEQ) a permis de mieux comprendre les facteurs influençant la détresse psychologique chez les étudiant.e.s universitaires du Québec. Cette enquête a identifié le sentiment de solitude et de précarité financière comme des éléments contribuant au détriment de la santé mentale et plus particulièrement ceux des cycles supérieurs.

L’Association des étudiantes et étudiants de Laval inscrits aux études supérieurs (l’AELIÉS) a rédigé un mémoire sur la connaissance des étudiant.e.s sur les ressources en santé mentale à l’Université Laval et un autre sur l’encadrement. De ces recherches, quelques recommandations et deux campagnes sur ces enjeux ont été produits par l’AELIÉS. Notre campagne #pluspourtatête demandait à l’université d’élaborer et de mettre en place un plan d’action institutionnel spécifique pour la santé psychologique de la communauté étudiante. Compte tenu de l’impact de la relation d’encadrement sur la réussite scolaire, l’AELIÉS exigeait la signature d’un plan de collaboration obligatoire entre les étudiant.e.s et leur direction de recherche.

Suite à la session d’hiver 2020 à distance, l’Association étudiante des 2e et 3e cycles du département des Sciences historiques de l’Université Laval (Artefact) a émis des réflexions et les ont soumises à l’AELIÉS. La formation à distance pose des enjeux liés à la qualité de la formation, l’accessibilité de tous et de toutes et des enjeux d’adaptabilité. Le constat est flagrant : tous et toutes ne sont pas égaux devant la formation à distance, la gestion des amphithéâtre en ligne pose encore un problème, certain.e.s étudiant.e.s n’ont pas accès au matériel informatique, aux logiciels spécialisés ou encore aux ressources documentaires de la Bibliothèque dont ils-elles ont besoin et on dénote une augmentation de la facture étudiante.

Pour répondre à cette nouvelle réalité, l’AELIÉS a exprimé plusieurs revendications sur la formation à distance qu’elle souhaite apporter à l’administration universitaire. Dont quelques-unes : la réduction de la facture étudiante face à l’inaccessibilité à tous et à toutes de plusieurs services offerts par l’Université, le maintien des mentions d’échec et réussite sans impact sur la moyenne pour la session d’automne 2020 et que l’université n’utilise pas de méthode de télésurveillance pour les évaluations. L’AELIÉS croit qu’en mettant de l’avant son cahier de positions sur la formation à distance, elle contribuera au bien-être de la communauté étudiante de l’Université Laval.

- Le comité exécutif de l'AELIÉS

Ce texte est paru dans l'édition d'octobre 2020 d'Impact Campus!

Articles suggérés

Ouverture de poste sur le CE - Présidence
Nouvelles
Publié le 26 octobre 2020

Ouverture de poste sur le CE - Présidence

Plus de services et plus de ressources pour les étudiants.es de l’Université Laval.
À la une
Publié le 23 octobre 2020

Plus de services et plus de ressources pour les étudiants.es de l’Université Laval.

Question de Savoir- Entrevue avec Sophie D'Amours
Question de savoir à CHYZ 94,3
Publié le 20 octobre 2020

Question de Savoir- Entrevue avec Sophie D'Amours